Les origines

1. Le récit de fondation

Selon la légende, en 580, Simon, noble seigneur de Beaugency, est atteint d’un mal incurable : la lèpre… Mais un jour, une odeur suave se répand autour de lui tandis que sa lèpre disparaît ! Au même instant, le corps de St Firmin est découvert à Amiens.

Pour Simon, aucun doute n’est permis : sa guérison est l’œuvre du saint. Le chevalier fait ériger des églises en remerciement : l’église St-Firmin destinée aux paroissiens et l’église collégiale destinée à sa maisonnée. Cette dernière est aussi consacrée à Marie et aux compagnons de Firmin dans le martyr Victorien, Gentien et Tuscien.

st firmin, Metropolitan Museum
St Firmin Statue calcaire réalisée à Amiens vers 1225-1275, Metropolitan Museum of New York (http://www.metmuseum.org/art/collection/search/467630)

2. Une authenticité contestée

En l’absence de preuves textuelles et archéologiques solides, ce récit de fondation est aujourd’hui interprété comme une tradition tardive destinée à renforcer le prestige des seigneurs de Beaugency : l’ancienneté du domaine renforçait leur légitimité.

Toutefois, la légende ne semble pas dénuée de fondements historiques. En effet, les liens avec Amiens, s’ils ne sont pas aussi anciens, ont été bien réels : les seigneurs de Beaugency ont reconnu à l’évêque d’Amiens, dès le XIIe s. au moins, le droit de redevance sur certains biens. Cf. légende de la maille d’Or.

-> Suite

%d blogueurs aiment cette page :