Le tableau de Ste Geneviève

  • Appartient à un ensemble de 2 huiles sur toile : tableau de Ste Geneviève + tableau de St Eloi
  • Environ 1,10 m x 80 cm pour chaque toile (pas tout à fait les mêmes dim)
  • Auteur inconnu
  • 2de moitié du XIXe s., sans doute réalisé après le reconstruction néogothique de l’église (1862-64)
  • Le tableau de Ste Geneviève est une copie de Charles Le Brun, XVIIe s. (via une gravure).

De Ste Geneviève à Ste Jeanne d’Arc

Jeune aristocrate du VIe s. Sorte de Vierge consacrée, elle est connue pour avoir soutenu les Parisiens lors du siège d’Attila. Ste patronne de Paris.

Son iconographie connaît une métamorphose radicale à la fin du XVe s., tandis que la mort de Jeanne d’Arc est encore récente. A l’instar de Ste Geneviève, Ste Jeanne d’Arc a sauvé le peuple en danger, mais celle-ci n’est pas encore canonisée et son image n’est donc pas encore l’objet d’un culte officiel. Représentée jusqu’alors comme une jeune fille vierge tenant un cierge allumé, Geneviève devient une jeune bergère entourée de moutons. Aussi, Geneviève et Jeanne sont-elles souvent confondues.

La copie de Tavers

On ne dispose pas de traces expliquant pourquoi cette copie de Geneviève est arrivée à l’église de Tavers. Mais si l’on sait qu’il était facile de prendre Geneviève pour Jeanne, on n’est pas étonné qu’elle ait été retenue par les paroissiens du milieu du XIXe s. En effet, de 1841 à 1849, les procès de Jeanne sont publiés par un élève du grand historien Michelet. Cette publication bouleverse l’opinion publique. Du statut d’héroïne nationale et de résistante qu’elle avait acquis durant la 1ère moitié du siècle – alors que s’élabore une histoire nationale et patriotique -, Jeanne devient une authentique sainte.

En 1855, 10 ans avant la reconstruction de l’église St-Jean-Baptiste de Tavers, l’évêque d’Orléans, Mgr Dupanloup, appuie cette vision qui réconcilie la France libérale et la foi catholique. En 1869, il demande l’ouverture du procès de canonisation de Jeanne d’Arc. Aussi, ce n’est sans doute pas un hasard que la Ste Geneviève de Charles Le Brun, évocation tacite de Jeanne d’Arc, est choisie par les paroissiens d’un village voisin de la cité orléanaise à des heures où les rapports entre religion catholique et laïcité peinent à être pacifiés.

%d blogueurs aiment cette page :